Maître Chen Ziqiang

Pour évoquer notre enseignant de référence du Tai Chi Chuan de la famille Chen, nous devons remercier une de ses disciples slovène : Spela Kolenc. Avec l’aide de Joseph Davy (disciple anglais ayant vécu de nombreuses années à Chenjiagou), elle a réalisé une interview en 2020 qui résume assez bien la vie et la pratique de notre maître.

Maître Chen Ziqiang 2005 (photo: archives personnelles Chen Ziqiang)

On peut trouver l’équilibre dans l’entraînement en trouvant l’équilibre dans tous les aspects de sa vie.

Maître Chen Ziqiang est membre de la 20ème génération de la famille Chen. Il est né en 1977 dans le village de Chenjiagou (Henan, Chine) et est le fils aîné du grand maître Chen Xiaoxing, neveu du grand maître Chen Xiaowang et arrière-petit-fils du légendaire maître de Tai Chi, Chen Fake.

Dès sa vingtième année, il fut reconnu comme l’un des combattants les plus féroces de Chenjiagou. Il a remporté de nombreuses compétitions nationales notamment dans les formes à mains nues, les formes d’armes et les poussées des mains (tui shou).

Il est l’entraîneur en chef de l’école de Tai Chi Chuan de Chenjiagou qu’il dirige avec son père dans son village natal et enseigne déjà depuis plus de deux décennies. Depuis une quinzaine d’années, il anime également des séminaires à l’étranger. Il passe environ six mois par an à voyager à travers le monde pour transmettre les connaissances et les compétences de sa famille.

Maître Ziqiang à l’école de Chenjiagou, février 2020 (photo : Š. Kolenc)

J’ai rencontré maître Ziqiang pour la première fois en 2014 lors d’un de ses séminaires en Slovénie. Il a immédiatement eu un grand impact sur moi de par ses capacités, son enseignement ainsi que son caractère. J’ai été impressionnée par son physique fort et agile qui lui permet d’exprimer ses capacités d’une manière naturelle et sans effort. De plus, il m’est apparu comme une personne très calme et introvertie, mais en même temps très concentrée et parfois fougueuse au fond de lui.

Ce qui m’a le plus inspirée, c’est son engagement, sa précision et sa capacité de travail. Il est la preuve vivante de l’expression de la puissance et de l’habileté d’un homme grâce à une pratique continue et dévouée tout au long de sa vie.

En 2017 et 2020, j’ai également eu l’opportunité de m’entraîner avec lui à l’école de Chenjiagou. À son retour chez lui après sa saison de voyage à l’étranger en 2017, une atmosphère de travail acharné s’est intensifiée à l’école et j’ai pu sentir qu’il émanait de lui une grande autorité parmi tous les instructeurs et étudiants. Quelle que soit sa fonction, il a toujours inspiré le calme et n’a jamais utilisé la force.

J’ai eu l’impression que maître Ziqiang aimait beaucoup la vie de l’école. Il aime être entouré d’étudiants, de sa famille et de ses amis qui viennent lui rendre visite. Chaque jour, quand je passais du temps dans son bureau (qui semble être son lieu préféré), j’avais l’impression d’être dans son salon. L’ambiance pendant les cours était toujours sérieuse et travailleuse, mais détendue en même temps.

Parfois, il était entièrement concentré sur l’enseignement, d’autres fois, il était également occupé par de nombreuses autres activités scolaires, ou il faisait juste une pause et profitait de son thé et de la compagnie des gens. En attendant, s’il y avait des élèves qui s’entraînaient autour, il trouvait encore des moments pour les corriger. Il s’est pleinement investi dans l’enseignement. Quand je suis allé m’entraîner avec lui pendant un mois lors de la dernière Fête du Printemps, il a offert des cours tous les jours, même celui du Nouvel An chinois.

Dans le processus d’apprentissage, il a insisté sur les bases et est entré dans les détails. Si je montrais la volonté de tenir une certaine posture pendant un certain temps, il me corrigeait aussi avec insistance. À d’autres moments, il me demandait de faire quelques répétitions de la forme. Au début, il m’a juste regardé sans interruption et plus tard, il s’est concentré sur les détails.

Chaque fois qu’il montrait des mouvements, c’était une expérience incroyable pour moi, surtout quand je me tenais très près de lui. Alors que je pratiquais une forme en groupe, même s’il y avait d’autres étudiants qui étaient à un niveau plus avancé que moi, il m’a parfois demandé de me tenir devant et de diriger un groupe. Son but était très clair ; il voulait que j’acquière de l’expérience et que j’en tire des leçons.

Malgré sa nature introvertie, je trouve maître Ziqiang très sociable. Il aime s’amuser et faire des blagues. Il y avait de très beaux moments où il rayonnait d’un tel bonheur que les gens autour de lui devenaient heureux eux aussi. Grâce à sa générosité, j’ai eu l’impression qu’il avait un fort sens de la communauté et qu’il aimait vraiment prendre soin des autres. Cela se manifestait non seulement pendant les cours, mais aussi pendant les pauses lorsqu’il invitait régulièrement tout le groupe d’étudiants à son bureau pour du thé, des fruits et des collations. Il était un très bon hôte et me laissait parfois sans voix quant à la façon dont il s’occupait personnellement des choses pratiques dont j’avais besoin pendant mon séjour. Malgré sa position, il reste toujours un homme très simple et peut-être que cette simplicité était aussi la qualité qui l’a conduit vers sa maîtrise.

En hiver, lors de mon dernier séjour à l’école de Chenjiagou, maître Ziqiang a accepté de me donner une interview. Après le déjeuner avant la séance d’entraînement de l’après-midi, il s’est assis à la table à thé de son bureau et m’a généreusement offert une heure de son temps pour répondre à mes questions.

Au début de notre conversation, il a parlé de son attitude envers le Tai Chi et de l’environnement dans lequel il a grandi. Il a mentionné quelle est l’essence du taijiquan et comment les méthodes d’entraînement à l’école de Chenjiagou ont changé au fil du temps.

Il a partagé certaines de ses réflexions sur le Tai Chi en tant qu’art martial et pourquoi il existe de nombreuses idées fausses à cet égard. De plus, il a donné quelques conseils pour un entraînement réussi, soulignant l’importance de s’en tenir aux bases et d’abandonner la préoccupation de ses propres progrès.

Enfin, il a mentionné à quel point il est important pour les étudiants de garder leur esprit calme pendant l’entraînement et comment le Tai Chi Chuan peut aider les gens dans le monde d’aujourd’hui. Il a souligné la nécessité pour tous les débutants de persévérer dans leur entraînement de taiji.

À propos de sa formation passée…

  • Maître Chen Ziqiang, vous étiez inévitablement relié au Tai Chi Chuan dès votre plus jeune âge. Quelle a été votre attitude par rapport à cela quand vous étiez enfant, jeune et plus tard adulte ?

Dans mes premières années, je n’aimais pas du tout pratiquer le Tai Chi Chuan mais j’étais obligé de le faire. A partir de l’âge de treize ans, j’ai soudainement commencé à apprécier la pratique. A cette époque, ma motivation était plus ou moins de m’entraîner par moi-même. En vieillissant, j’ai aussi commencé à ressentir le sens de la responsabilité de transmettre la tradition familiale et le sentiment d’apporter quelque chose à mes enfants.

  • En tant qu’enfant et jeune, aviez-vous d’autres intérêts spécifiques en plus d’être impliqué dans le taiji ?

J’aimais passer du temps dans la nature. J’aimais grimper aux arbres, attraper des oiseaux et des serpents. En hiver, je jouais avec la neige, au printemps, je cueillais de l’herbe et des fleurs sauvages sur mon chemin à travers les prés et en automne, je cueillais et mangeais des fruits.

  • Pouvez-vous nous parler un peu de l’environnement dans lequel vous avez grandi ? Où avez-vous vécu et pratiqué dans votre jeunesse ?

Je suis né dans une maison où vivait mon arrière-grand-père Chen Fake, à proximité de l’endroit où se trouve aujourd’hui l’école de mon cousin Chen Bing. Les restes sont peut-être encore là. L’endroit où je vivais et étudiais était dans la maison de mon grand-père, qui était située exactement à l’endroit où se trouve maintenant l’école de Chen Bing. Quelques années plus tard, la maison s’est effondrée, notre famille a donc dû déménager dans une sorte de hutte en herbe. Nous avons commencé à construire une nouvelle maison au même endroit où se trouvait l’ancienne maison et nous y sommes retournés quand elle a été construite.

Les choses que mon père a faites la plupart de sa vie, en plus de pratiquer et d’enseigner le taijiquan, ont été de construire des maisons et d’élever des enfants. Le premier bâtiment de son école actuelle a été construit dans les années 1980. Mais à cette époque, je ne venais pas très souvent à l’école. Je m’entraînais encore principalement à la maison sous sa direction. J’ai finalement déménagé à l’école en 2003.

 Famille du maître en 1985 : Chen Ziqiang (au milieu) avec sa mère Wang Y´er, son père Chen Xiaoxing, sa sœur cadette Chen Ling Qiao et son frère cadet Chen Zi Jun, (photo : archives personnelles de Chen Ziqiang)

  • Vous étiez (et êtes toujours) guidé par votre père Chen Xiaoxing. Quand avez-vous commencé à découvrir et à établir votre propre façon de faire du Tai Chi ? Quelle liberté aviez-vous dans votre processus d’apprentissage ?

J’ai eu ma propre indépendance de pensée sur le Tai Chi Chuan depuis mes premières années. Mon père ne m’a jamais demandé de faire les mouvements exactement comme lui, mais si quelque chose n’était pas clair pour moi, je lui demandais toujours conseil.

Le Tai Chi Chuan ne consiste pas à étudier l’apparence extérieure. Il s’agit d’étudier les méthodes, le mouvement, sa morale et ses principes.

  • Votre approche des mouvements a-t-elle changé au fil du temps et évolue-t-elle toujours en fonction de votre développement ?

Cela n’a pas beaucoup changé car les principes sont toujours les mêmes. Ma réflexion sur ces principes a toutefois légèrement changé. Par exemple, il existe deux versions de « Shan tong bei’ » (« l’éclair traverse le dos » de la première forme ancienne). Mon père m’a appris la première version et mon oncle Chen Xiaowang m’a appris la seconde. Je les utilise toutes les deux dans ma version de la forme, peut-être que je les ai un peu modifiées. C’est ainsi que j’évite de répéter le même mouvement encore et encore.

Chen Ziqiang (premier à partir de la gauche) s’entraînant avec son frère et sa sœur en 1989 (photo : archives personnelles de Chen Ziqiang)

  • Quand avez-vous commencé à apprendre la première forme ancienne  et combien de temps vous a-t-il fallu avant de commencer à apprendre la suivante ?

J’ai pu pratiquer Laojia Yilu (première forme ancienne) à l’âge de cinq ans. J’avais l’habitude de pratiquer Zhan Zhuang (posture du pilier ou de l’arbre), mais j’oubliais toujours des mouvements de la forme parce que c’était trop long. J’ai pratiqué Laojia Yilu jusqu’à l’âge de dix-sept ans et ce n’est qu’après que j’ai appris Laojia Erlu (deuxième forme ancienne).
Quand j’étais enfant, il n’y avait pas d’enroulement du fil de soie (Chan Si Gong), pas de forme 19, pas de forme 38 – elles ont toutes été développées plus tard par mon oncle Chen Xiaowang.

  • Avez-vous à un moment donné eu des difficultés à persévérer dans votre pratique ? Qu’est-ce qui vous a motivé à continuer ?

Comme je l’ai déjà dit, avant l’âge de treize ans, j’ai été obligé de pratiquer. Passé cet âge, j’ai développé un intérêt très fort pour le Tai Chi  et l’entraînement est devenu la chose la plus importante pour moi. Je n’ai jamais rencontré d’énormes obstacles.

  • Les méthodes de formation à l’école ont-elles changé au fil des ans? Si oui, de quelle manière ?

Oui, les méthodes d’entraînement ont beaucoup changé. De 1996 à 2000, je n’avais pas l’habitude de faire beaucoup de distinction entre elles. Il y avait un peu d’haltérophilie, de course, de poussée des mains (tui shou) et un peu d’entraînement physique. C’était plus flexible, détendu et organique d’une certaine manière. De 2000 à 2008, j’ai commencé à introduire des instructions plus claires sur la façon de s’entraîner à l’haltérophilie, comme pour la pratique des formes et de la poussée des mains.

Par conséquent, les étudiants qui ont été formés à cette époque (par exemple les neuf tigres de Chenjiagou comme Wang Yan , Chen Jianqiang ou Zhang Yanfei…) ont développé une approche légèrement différente. Au fil du temps, les méthodes de formation sont devenues de plus en plus standardisées. Maintenant, il existe une formation spécifique pour les formes, les techniques de tuishou, etc. Parce que les gens sont différents et ont des corps différents, ils doivent également recevoir une formation adaptée à leurs caractéristiques.

À partir de 2008, les méthodes sont progressivement devenues plus scientifiques en quelque sorte. Comme je passais plus de temps à l’étranger, j’avais moins de temps pour gérer l’école comme auparavant. Ainsi, la formation s’est d’avantage standardisée.

Maître Ziqiang devant le temple de la famille Chen en 2005 (photo : archives personnelles de Chen Ziqiang)

À propos de l’apprentissage des compétences…

  • Bien que le Tai Chi soit à la base un art martial, cet aspect est encore assez méconnu en occident. Quiconque entend des termes tels que kung-fu et karaté sait qu’il s’agit d’un art martial. Avec le taiji, cependant, beaucoup de gens ont encore l’idée d’une « danse » destinée uniquement à la détente et au bien-être. Pourquoi pensez-vous que c’est comme ça?

Ce malentendu sur le Tai Chi n’existe pas seulement en Occident, mais aussi en Chine. Il n’y a pas d’attitude absolue et définie, chaque personne a une attitude différente. L’une des raisons du malentendu est peut-être qu’il existe de nombreux films impliquant des arts martiaux, où les acteurs exécutent de nombreux mouvements rapides. Les gens aiment voir sauter très haut dans les airs, etc., donc ce genre de mentalité vient simplement d’un malentendu et d’une ignorance des arts martiaux.

Par exemple, le kung-fu traditionnel n’implique pas non plus de mouvements de gymnastique. La rotation dans les airs et les activités similaires sont principalement destinées à la performance et à la pratique du kung-fu. C’est pourquoi je n’ai aucun intérêt à défendre le taiji en tant qu’art martial. Les personnes véritablement intéressées par les arts martiaux reconnaîtront et commenceront à comprendre que les principes du Ta Chi Cuan représentent un système excellent et efficace.

A côté de cela, si les gens considèrent le Tai Chi comme un exercice de santé, ils ne le comprennent pas complètement. Si vous voulez apprendre le véritable Tai Chi, il n’y a pas de distinction entre les méthodes d’entraînement pour développer l’aspect martial ou pour améliorer la santé. Les deux sont une seule et même chose. Si les gens pensent que le Tai Chi est autre chose qu’un art martial, cela montre simplement qu’ils comprennent mal le concept.

  • Selon la médecine chinoise, le Dantian inférieur est considéré comme le « point central » du système corporel. Pourquoi est-il si important en Tai Chi Chuan ?

Le Dantian est important car il donne au corps une sensation de direction et d’unité. Chaque mouvement a un point de départ, tout comme une école a un directeur. Le fonctionnement de toute l’école dépend des décisions du directeur. C’est la même chose avec le Dantian, il sert de « directeur » du corps.

  • Avez-vous des conseils sur la façon dont les étudiants peuvent cultiver leur Dantian ?

Les étudiants ne devraient pas trop s’efforcer de cultiver leur Dantian. C’est quelque chose qui vient avec la pratique et qui ne peut pas être fait uniquement par la volonté consciente. Si vous pratiquez régulièrement le Tai Chi, votre conscience du Dantian apparaîtra progressivement avec le temps. Par exemple, le soleil et la lune se lèvent naturellement chaque jour sans votre effort personnel. S’ils n’apparaissent pas, vous ne devriez pas vous épuiser ou vous inquiéter à ce sujet. Cela devrait toujours se faire naturellement.

Maître Ziqiang donnant des explications et des corrections à l’école de Chenjiagou en février 2020 (photo : Š. Kolenc)

  • Lors de mon précédent séjour à l’école Chenjiagou, j’ai été très impressionnée par l’entraînement physique stimulant que vous avez organisé pour les enfants et les jeunes. Pensez-vous que les étudiants adultes devraient également accorder plus d’attention à la préparation physique, afin d’atteindre un niveau d’habileté supérieur?

Chaque groupe d’âge a besoin d’un style de formation différent car les exigences diffèrent. Bien sûr, faire des étirements supplémentaires, courir, soulever des poids peut aider les élèves. Chaque forme d’exercice a ses propres avantages.

  • À quel stade est-il logique pour les étudiants de commencer à pratiquer le tuishou ? Comment commencer et quelles sont les choses les plus importantes auxquelles il faut prêter attention ?

Les élèves peuvent pratiquent le tuishou à différents niveaux. Il est logique pour eux de pratiquer le tuishou de base lorsqu’ils acquièrent des compétences de base. Mais bien sûr, ils ont besoin d’une bonne compréhension des bases pour pratiquer aux niveaux plus avancés. Par exemple, avant de pouvoir lire de la poésie chinoise, vous devez maîtriser les bases de la langue chinoise. Il s’agit de la base et de la fondation.

Maître Ziqiang encadrant ses élèves à l’école de Chenjiagou en 2016 (photo : archive personnelle de Chen Ziqiang)

  • Auriez-vous des conseils pour les enseignants ? Comment peuvent-ils devenir encore meilleurs ?

Les enseignants ne devraient pas trop penser à la compétence. Ils doivent respecter leurs propres capacités et limites.

  • Existe-t-il une règle familiale traditionnelle concernant la quantité de taijiquan que nous devrions pratiquer chaque jour ?

Si vous voulez bien apprendre, vous devriez exécuter Laojia Yilu au moins vingt fois par jour.

  • Les mouvements dans les formes ont leurs propres noms. D’où viennent ces noms ?

Les noms des mouvements ont été créés par Chen Wangting et proviennent principalement de la nature, de la société, de la vie quotidienne et de la culture.

À propos des effets du Tai Chi…

  • Comment les étudiants doivent-ils utiliser leur esprit pendant la pratique ? Quelle est votre expérience à cet égard dans le processus de pratique?

Lorsque vous pratiquez, vous avez juste besoin de garder votre esprit calme. La plupart des gens vont pratiquer le Tai Chi pour devenir paisibles, mais je suis déjà paisible au moment où je commence la pratique.

  • Le Tai Chi repose sur l’équilibre. Comment trouver l’équilibre dans sa formation ?

Vous pouvez trouvez l’équilibre dans l’entraînement en trouvant l’équilibre dans tous les aspects de votre vie.

Maître Ziqiang enseignant une des classes ordinaires devant l’école de Chenjiagou, février 2020 (photo : Š. Kolenc)

  • Dans le cas où les gens ne peuvent pas pratiquer physiquement pour une raison quelconque (s’ils sont blessés, lors d’un voyage, etc.), est-il, selon vous, utile de pratiquer dans son esprit ? Avez-vous déjà pratiqué comme ça?

Je pense que s’entraîner dans sa tête, si on est blessé par exemple, est une bonne chose. Mais personnellement, je n’utilise pas cette méthode. Ce n’est tout simplement pas mon habitude.

  • Le Tai Chi peut-il aider les gens à récupérer mentalement et physiquement ? Si oui, pouvez-vous donner des exemples concrets de personnes qui se sont remises d’une maladie ou d’une blessure grave en utilisant le Tai Chi ?

J’ai vu que la pratique du Tai Chi Chuan aidait les gens à retrouver la santé à plusieurs reprises. Par exemple, un étudiant âgé de l’école avait des problèmes aux genoux et depuis qu’il étudie le Tai Chi, ses genoux vont beaucoup mieux. Un autre étudiant avait une difformité de la colonne vertébrale, une sorte d’arthrite. Maintenant, après une certaine période d’entraînement, il est capable de sauter sur une table ! Il y avait aussi un petit garçon qui jouait sans arrêt aux jeux vidéos. Depuis qu’il a rejoint l’école, il ne joue plus (rires) ! Des personnes en surpoids ont perdu du poids et sont devenues plus en forme grâce au Tai Chi.

Maître Ziqiang recevant des corrections de son père Chen Xiaoxing en 2017 (photo : archives personnelles de Chen Ziqiang)

  • Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui aiment le Tai Chi mais qui sont trop occupés par le travail et les enfants ?

Essayez-vous de me dire qu’ils n’ont pas cinq minutes dans la journée ? Ils peuvent au moins pratiquer l’enroulement du fil de soie ou la posture du pieu (Zhan Zhuang).

  • Comment le Tai Chi peut-il aider l’homme moderne ?

Le Tai Chi Chuan est un système parfait. Il est très bon pour la santé, les muscles, les os, les articulations, etc. et bien sûr, il a de nombreux autres avantages pour l’homme moderne. Cela peut particulièrement aider les personnes qui souffrent beaucoup du stress. Il abaisse la tension artérielle, augmente le système immunitaire, etc.

  • Avez-vous des conseils pour les personnes qui veulent commencer à pratiquer le Tai Chi ? A quoi doivent-elles faire attention ?

Tous les débutants devraient prendre la décision de s’y tenir. Il ne sert à rien de commencer si on ne continue pas à en faire.

Un monument à l’effigie de  l’arrière-grand-père du maître et maître de Tai Chi, Chen Fake dans la cour de l’école. (photo: S. Kolenc)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.